Les membres de coopératives d’habitation

Les membres de coopératives d’habitation sont avant tout des individus qui habitent des immeubles à logements, petits ou grands, neufs ou rénovés. Hommes, femmes, travailleurs, retraités, étudiants, personnes aînées ou handicapées, immigrants, personnes en recherche d’emploi, ménages monoparentaux… les membres de coopératives d’habitation proviennent de tous les milieux socioéconomiques. Ils cherchent un logement adéquat à prix abordable ainsi qu’un milieu de vie agréable et sécuritaire.

À plusieurs égards, les membres qui composent les ménages coopératifs suivent la courbe socioéconomique de la population générale du Québec, avec 45 % de salariés, 33 % de retraités et 4 % de travailleurs autonomes. Leur taux de diplomation est similaire à celui observé dans la population générale. La taille des ménages se rapproche de la moyenne, avec 1,89 personne par ménage contre 2,3 dans la population générale. Toutefois, certaines classes de la population sont plus représentées dans les coopératives d’habitation, notamment les femmes, les aînés, les personnes seules et les ménages à faible ou à modeste revenu.

En effet, 66 % des membres sont des femmes, alors qu’elles représentent 50,4 % de la population générale. L’âge moyen des membres de coopératives d’habitation était de 54 ans en 2011, comparativement à 41,3 ans dans la population générale en 2013. Près de la moitié des logements coopératifs (47 %) sont occupés par une personne seule, alors que 32,2 % des Québécois déclarent habiter seuls. Le revenu moyen des ménages coopératifs en 2011 était de 29 061 $, ce qui est très inférieur à la moyenne québécoise, qui atteignait 65 400 $ en 2010.

Bien entendu, ces dernières statistiques s’expliquent par le fait que les coopératives d’habitation ont pour vocation première de loger des personnes à faible et à modeste revenu, bien que les coopératives comptent parmi leurs membres des individus provenant de toutes les classes de la population. En 2012, les ménages coopératifs payaient en moyenne 442 $ par mois en loyer, et leur taux d’effort était de 27 %.

Une gestion collective

Les membres assument aussi leurs responsabilités en tant que locataires, soit en payant leur loyer à temps, en entretenant leur logement, en assurant la jouissance paisible des lieux aux autres locataires et en respectant les règlements et les politiques de la coopérative. Ils sont également très sensibles aux valeurs sociales qui animent les Québécois et ont un très fort sentiment d’appartenance à l’égard de leur communauté, qui s’étend de la coopérative d’habitation, à leur quartier, voire à leur ville ou à leur région.

On voit de plus en plus de coopératives d’habitation réaliser des projets dans la communauté, comme l’aménagement d’une ruelle verte, l’organisation de fêtes de quartier, etc. Certaines ont même participé à la mise sur pied d’organismes communautaires, alors que d’autres ont créé un fonds dans lequel elles placent un certain pourcentage de leur revenu, qu’elles remettent à différents organismes de leur communauté. Dans toutes les régions du Québec, de nombreuses coopératives d’habitation mettent ainsi leur savoir-faire et leur talent au service à la fois de leur entreprise et de leur communauté.

Michèle Laliberté, membre de la coopérative La Rive Gauche, nous parle des différents comités
http://youtu.be/gZiTNs-_AB0[/youtube

 

Les membres de coopératives d’habitation prennent part collectivement à la gestion quotidienne de leur entreprise. En fonction de leurs intérêts et de leurs compétences, ils s’engagent au sein du conseil d’administration ou de comités et ils exercent leur pouvoir démocratique en participant aux assemblées générales de la coopérative. Chaque membre engagé se voit accorder un rabais sur son loyer, communément appelé le « rabais de membre ». En moyenne, les membres consacrent 8,6 heures par mois aux activités de la coopérative.

 Généralement, le prix d’un loyer dans une coopérative d’habitation se situe entre 75 % et 95 % du loyer médian.